loader image

La honte

6 Déc 2023 | Article audio

La honte est une émotion qui nous plonge dans une souffrance sans fond, tenace, insupportable, souvent inexprimable.

Elle met à mal l’idéal du moi, c’est de l’exposé que l’on voudrait caché et cet exposé humilie, rabaisse, décrédibilise, torture… il ronge, ravage, dévaste. La honte c’est vouloir disparaître aux yeux des autres… elle atteint notre dignité et notre honneur.

La honte est personnelle et contradictoire selon notre construction et notre éducation, nos valeurs et notre milieu, notre âge et notre époque. Certains auront honte d’être trop gros, d’autres trop minces, d’être riches, d’être pauvres, d’être noir, d’être blanc… l’anodin pour l’un sera l’inconcevable pour l’autre. Elle dépend de l’image que nous souhaitons donner à autrui quand bien souvent autrui n’en a que faire. Bien souvent nos hontes ne font honte qu’à nous-mêmes quand pourtant elles nous torturent en imaginant la pensée qu’elle suscite chez l’autre.

Ce sentiment si douloureux est un sentiment fréquent vécu par tous.

Les hontes sont multiples :

– Maladies honteuses : maladies sexuelles comme si on était sale et être sale c’est honteux évidemment !… la séropositivité cachée dans les années 80… mort d’une longue maladie parce-que mettre un mot sur la maladie pourrait jeter l’opprobre sur le défunt ou… sur la famille plus probablement.

– Honte sociale, honte de classe : Annie Ernaux et Edouard Louis expriment dans nombre de leurs romans la douleur et l’impuissance qu’elle engendre.

– Honte de genre : cette interdiction de vivre avec joie, simplicité et insouciance sa sexualité.

– Honte de son corps : un ventre qui fait du bruit, la nudité, un handicap, son poids, ses cicatrices, sa taille…

– Honte de ses parents, de ses enfants : inceste, alcoolisme, prison, collaborateur…

– Honte d’aimer : les femmes tondues après la guerre montrées du doigt parce-qu’elles étaient tombées amoureuses, un amour avec une grande différence d’âge, une culture différente.

– Honte des violences, femmes violées, battues, les femmes battues qui subissent une double honte : celle d’être battues mais aussi celle de ne pas savoir quitter leur bourreau.

– Honte d’être différent.

Être honteux c’est ne pas se sentir à la hauteur… mais de qui ? de quoi ? qu’est-ce que cette supposée hauteur ? comme si quelque chose de haut nous regardait et nous jugeait !

Le plus souvent c’est la peur de ne pas être à la hauteur des exigences et des attentes de nos parents, des « tu dois » générant l’angoisse de ne pas y arriver et de décevoir.

Mais au-delà de ce besoin d’identification aux parents il y a le besoin de se conforter aux injonctions sociales, morales, culturelles de notre époque, de notre pays, de notre âge…

Avouez que ça fait beaucoup de choses à surveiller et à maîtriser ! bien des raisons de mal faire, de trébucher et de tomber dans les griffes de la honte !

La honte provoque de bien douloureux ressentis et réactions : tristesse et mélancolie, inhibition et enfermement dans le silence, rage et vengeance, révolte et colère, impuissance et lâcheté… et surtout passer à côté de son propre désir parce-qu’elle paralyse.

Alors comment dépasser la honte :

Voici un bien difficile travail, pour être tout à fait honnête avec vous je crois qu’on ne dépasse pas ses hontes, en revanche on les travaille, on les élabore, on les apprivoise, on les sublime.

Il faut commencer par arriver à les confier, je ne cesse de vous dire que la parole est libératrice, les déposer dans le cabinet d’un thérapeute que vous avez consciencieusement choisi sera bien-sûr d’un grand réconfort.

Mais je crois intimement que la partager dans un groupe de paroles est infiniment réparateur, partager ses hontes pour les accepter, les ridiculiser, les démystifier… se rendre compte que la honte est une émotion vécue par tous, aucun de nous n’y échappe. Il y a quelques endroits où l’on peut déposer en sécurité ses hontes : les alcooliques anonymes par exemple, les gays ont fait de leur honte une force, une puissance d’agir pour retrouver la liberté d’être ce qu’ils désirent avec fiérté grâce à la GayPride.

La honte si vous décidez de lui faire face peut-être un levier pour évoluer, décider d’être fier de soi, de faire différemment.

Prenez vos hontes en main, ne vous laissez pas grignoter par elles… et surtout n’en n’infligez pas à vos proches et moins proches… exit la moquerie… bienvenue à l’empathie.

Vous êtes uniques, ne l’oubliez jamais !

Je vous embrasse

J’écoute et j’aime

Kae Tempest - Grace

Tellement fort, tellement beau, tellement émouvant.

Je ne l’écoute pas en boucle… non… mais je l’écoute quand je me sens plus sensible que jamais, que mon cœur réclame de l’émotion, belle, douce, profonde.

https://www.youtube.com/watch?v=xAQ0oTEB-Ws

Poème d’un tendre ami

Réduit à.

Réduit à crever
Réduit à reculer
Réduit à se déprécier

Réduit à, réduit à

Qu’est-ce que j’ai honte, de passer devant
Qu’est-ce que j’ai honte d’être vivant

Il n’y a plus rien qui les tient
Ils n’ont aucun lien
Ils n’ont plus de lendemain

Ils n’ont plus, ils n’ont plus

Qu’est-ce que j’ai honte, d’être différent
Qu’est-ce que j’ai honte, aucun sentiment

Ils ont perdu tout espoir
Ils sont déjà dans le noir

Il n’y a plus rien dans leur regard
Ils ont perdu, ils ont perdu
Qu’est-ce que……………………

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

49 − = 47

Newsletter

En vous abonnant à ma newsletter, vous recevrez mes lettres, articles et vidéos.

Votre E-Mail ne sera communiqué à aucun tiers. Pour vous désinscrire, consultez la page RGPD et Cookies.

Vous êtes bien inscrit.e sur ma Newsletter, Merci.