loader image

Permissions

16 Fév 2024 | Article audio

Dans l’armée, on n’a pas de RTT ou de congés, on a une permission, sous-entendu le droit enfin de faire la fête, de sortir d’un cadre rigide où tout n’est que règles (même la façon de faire son lit), le droit d’être soi-même !

Fort heureusement nous ne sommes ni au service militaire ni à la guerre mais alors pourquoi s’infliger des interdictions et des « je dois », et ne pas faire ce qui nous habite, ce qui nous parle.

Innombrables sont les fois où j’entends dans mon cabinet : « je n’ose pas, ce n’est pas bien ».

D’où nous vient ce besoin d’être irréprochable et surtout quelle est la définition du mot irréprochable.

Je crois intimement que chacun à sa définition de l’irréprochable, un mélange entre notre éducation, les injonctions parentales, notre notion du bien et du mal, notre peur du regard de l’autre, les lois, recommandations, limitations et interdits.

Ça fait beaucoup tout ça ! et si beaucoup d’entre nous s’accommode de ses restrictions en sachant s’approprier ce qui lui convient et ce qui est nécessaire de rejeter, un grand nombre se retrouve paralysé ne sachant ni avancer, ni reculer, ni décider, développant une peur de mal faire, d’être jugé, rejeté, moqué…

Il y a ces adolescents tellement protégés, tellement dirigés qu’ils en oublient ce qu’ils ont envie de faire, ce qu’ils aiment, faisant leurs choix d’orientation en fonction des désirs parentaux.

Il y a ces jeunes femmes incapables de se construire une vie amoureuse, tellement on les a persuadées que les hommes ne pouvaient être que malveillants (attention danger), comme si un homme ne pouvait pas aimer mais juste se servir !!…

Il y a de ces hommes, si timides, avec une peur du rejet abyssal, qu’ils sont incapables de déclarer leur flamme à cette jolie femme qui les fait rêver.

Il y a ces bien connus maux de dos qui ne sont souvent que le reflet de notre incapacité à dire non, à poser nos limites, à se respecter.

Que d’angoisses et de somatisations de peur de mal faire, de décevoir, au nom des interdictions infligées par son éducation.

Mais il n’y a ni « il faut » ni « il ne faut pas », il y a vous et que vous, ce que vous ressentez, votre manière de faire, vos limites, votre confort.

Donnez-vous la permission :

– De pleurer
– De rire aux éclats
– De dire non
– De vous respecter
– De prendre soin de vous
– De partir
– D’échouer
– D’essayer
– De lézarder
– De ré-essayer
– De s’embrasser sous la pluie
– De regarder un film idiot à la télévision
– De chanter à tue-tête
– D’accepter l’imparfait
– De vous écouter (votre cœur et votre corps)

Permettez-vous… permettez-vous et vous serez plus créatif, plus épanoui… et en tant que parent permettez à vos enfants, oubliez vos peurs, faites confiance, le dehors n’est pas dangereux, bien au contraire il est riche de belles découvertes, de douces promesses, d’imprévus inouïs, de liberté joyeuse.

Vous êtes uniques,

Je vous embrasse

J’ai vu et aimé

Le syndrôme de l’oiseau

Pièce de théâtre de Pierre Tré-Hardy mise en scène de Sara Giraudeau et Renaud Meyer.
Pièce extraordinaire sur l’emprise, magnifiquement jouée par Sara Giraudeau et Patrick d’Assumçao, elle se joue actuellement au théâtre du Petit Saint-Martin et se jouera au théâtre Montensier à Versailles du 3 au 6 avril.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

59 + = 66

Newsletter

En vous abonnant à ma newsletter, vous recevrez mes lettres, articles et vidéos.

Votre E-Mail ne sera communiqué à aucun tiers. Pour vous désinscrire, consultez la page RGPD et Cookies.

Vous êtes bien inscrit.e sur ma Newsletter, Merci.