Doctolib
loader image

L’adultère, péché capital ?

6 Juil 2022 | Article

Vous êtes bien chanceux si vous n’avez jamais vécu cette douleur déchirante d’être trahi : la poitrine qui brûle… K.O. debout… se pincer pour être sûr de ne pas être dans un mauvais rêve… pas à vous… non pas à vous… l’anéantissement, l’effondrement, l’incompréhension, la culpabilité, les pourquoi et surtout les comment. Et la peur, la peur qui ne vous quittera plus jamais !

Vous avez été immensément vivant si vous avez vécu la délicieuse excitation de l’interdit, de la transgression, la pulsion, l’impossibilité de résister à un coup de foudre, à quelqu’un qui n’a d’yeux que pour vous, l’impression d’exister, de ressusciter peut-être, de voler. Ce jour-là vous n’avez pu y résister. A bien y réfléchir qu’est-ce qui vous amené là, en d’autres temps rien n’aurait pu vous détourner de votre partenaire.

Même si aujourd’hui l’adultère n’est plus une faute dans le jugement de divorce, il reste pour beaucoup d’entre nous l’erreur ultime, fatale, impardonnable, gravissime, « le graal de l’erreur dans le couple » en quelque sorte.

Mon métier de psy, vos confidences dans mon cabinet, mon propre vécu, ma sensibilité m’ont toujours fait douter de qui dans le couple était responsable de la tromperie : le trompeur ? le trompé ? le couple ? un peu les 3 certainement. Et si l’adultère était surtout un symptôme du dysfonctionnement du couple avant d’être un péché capital.

Le dysfonctionnement est parfois juste un problème de communication, parfois une incapacité à prendre la décision de se séparer parce-que se séparer c’est tellement compliqué, la peur du gouffre, la peur de l’inconnu.

Il y a différents types d’adultère :

– Celui que l’on retrouve chez l’homme qualifié d’homme à femmes ou séducteur mais ceci vaut pour les 2 sexes, ce besoin permanent de séduire, de conquérir. Les séducteurs ont un grand manque de confiance en eux, ils ont en permanence besoin de reconnaissance, puis quand ils l’ont, que la relation perd de son mystère, ils fuient. Pour qu’il y est fidélité, pour qu’il y ait couple sans que le conjoint n’en souffre il faudra travailler sur les blessures de l’enfance, reconnaître sa valeur, reconnaître qu’on est aimable juste pour ce qu’on est et rien de plus. Si vous tenez à votre couple, discutez-en avec votre conjoint et entamer un travail sur vous, rien n’est irréversible.
– Celui qui est une échappatoire à une vie infernale à la maison faite de reproches et d’humiliations, de disputes. Le couple est incapable de communiquer calmement, de toute évidence rien ne va plus, pour le bien de tous (enfants compris) il faudrait se séparer chacun le sait mais le couple est incapable de l’envisager, c’est pour cela que les échanges sont orageux, le couple se réfugie dans les insultes et les menaces pour ne pas voir la vérité en face et ne pas évoquer le véritable problème. Toutes les excuses sont bonnes à cette fuite en avant : les enfants, l’argent, le refus de l’échec et surtout la peur, la peur de l’inconnu. Alors comment ne pas comprendre le besoin d’aller trouver de l’oxygène ailleurs. Ces personnes (celles qui trompent) sont généralement remplies de culpabilité, de doutes, de peur. Tout le monde souffre, le couple, les enfants, la maîtresse ou l’amant. Bien-sûr la seule solution est d’en parler calmement et d’accepter de voir la vérité en face. Mais c’est tellement dur !
Un accompagnement thérapeutique s’impose pour prendre des forces, pour comprendre que la fin du monde n’existe pas ! qu’une vie peut se reconstruire. Oser dire, oser se confronter, oser décider…
– Celui qui est une échappatoire à une vie terne et faite de non-dits. Dans ce couple c’est impressionnant, chacun vit sa vie de son côté plein de ressentiment pour l’autre. Et dans ce couple on attend… on attend que l’autre change, qu’il comprenne que tout est de sa faute… on attend que l’autre décide, qu’il parte, qu’il mette fin à ce calvaire… à cette vie de colocation… on est incapable de se remettre en question… ce ne serait pas à soi de changer ? pourquoi l’autre devrait partir ? n’êtes-vous pas assez grand pour prendre la décision vous-même ? il y a quelque chose dans ce schéma d’incapable de bouger. Alors bien-sûr aller chercher un peu d’amour ailleurs ça fait du bien mais ça ne change rien !… on ne bouge pas ! Une telle vie est très lourde à porter, se faire aider est indispensable pour enfin amener du dialogue dans le couple.
– Celui qui est une échappatoire à une routine. Rien de plus destructeur que la routine dans le couple, tout est millimétré, l’heure des repas, l’heure du bain des enfants, le programme de télévision… même l’improvisation est planifiée… à force d’habitudes on étouffe d’ennui… alors un jour un peu de folie se présente… et enfin… transgresser permet de respirer… Dans ce cas rien n’est perdu pour le couple mais il est urgent de parler, d’exprimer ses besoins, une thérapie de couple pourra vous aider à comprendre le fonctionnement de chacun et à apprendre à amener plus de vie dans la maison sans crainte d’y perdre de la sécurité.
– Celui qui est un coup de foudre tout simplement, et comment y résister. Il se consomme, se consume et s’éteint la plupart du temps… Il est rarement le symptôme d’un problème dans le couple, juste un passage, juste la vie ! difficile à comprendre pour le conjoint trompé mais ce n’est pas du désamour juste un obstacle, un obstacle très blessant certes mais qui n’est pas la fin du couple s’il sait communiquer, comprendre, accepter et pardonner. Et je vous assure dans ce cas le couple a encore beaucoup de bonheur à partager.
– Celui qui est une porte de sortie. Le couple a été beau, nourrissant, vivant, partageant, constructif, mais il est en bout de course, en fin de vie. C’est tellement triste, si difficile à accepter, de se l’avouer que pour partir la seule solution est de commettre le péché capital comme pour prouver qu’on est le méchant, pour endosser la responsabilité. Trop dur à dire, trop compliqué d’en parler.

Vous voyez ce n’est pas si simple, l’adultère est le plus souvent le symptôme du mal-être du couple ou de l’un des conjoints, il est une manière d’exprimer ce que l’on ne sait pas se dire.

Quand il y a adultère mettez votre amour-propre en sourdine et profitez pour vous remettre en question, pour exprimer vos besoins, comprendre ceux de l’autre, reconnaître que l’un et l’autre avez négligé votre relation et redonner un élan à votre couple. Ne baissez pas les bras et faites-vous aider si nécessaire.

Oubliez que l’amour c’est comme dans les contes de fées, une relation réussie demande de communiquer, d’accepter l’autre comme il est, d’exprimer ses besoins, de se remettre en question ensemble. C’est un travail quotidien.

Acceptez également que l’amour n’est pas éternel, certaines histoires durent une vie, d’autres 20 ans, 10 ans, 2 ans, 3 mois, 1 jour… peu importe tant qu’elles sont belles et nourrissantes… ne vous enlisez pas dans des histoires toxiques sous quelque prétexte que ce soit ! Vous méritez mieux ! Soyez-en persuadés.

À voir, vraiment : No Sex

Le sexe a longtemps été un devoir conjugal puis avec la révolution sexuelle il est devenu une autre forme de devoir teinté de performance tant en quantité qu’en imagination. Dans les 2 cas ça a surtout profité aux hommes !… Mais en vrai le sexe ce n’est pas obligatoire, on peut vivre sans longtemps, on peut vivre sans par intervalle, on peut vivre sans par choix, par besoin, par nécessité. Et c’est très bien.

De beaux témoignages sur l’abstinence choisie ou subie, regardez :

www.arte.tv/fr/videos/104472-000-A/no-sex

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

5 + 2 =

Newsletter

En vous abonnant à ma newsletter, vous recevrez mes lettres, articles et vidéos.

Votre adresse mail ne sera communiquée à aucun tiers. En savoir plus.

Vous êtes bien inscrit.e sur ma Newsletter, Merci.