Doctolib
loader image

PARTIR

10 Fév 2021 | Article

Définition du Petit Larousse :
Partir : verbe intransitif ; du latin partiri ;
Prendre le départ, commencer un mouvement.

Mes synonymes :
Voyager, quitter, fuir, s’évader, démissionner, rompre, démarrer, changer, tourner le dos, mettre fin, être libre, débuter, se sauver, plonger dans l’inconnu…

J’adore les mots, mais à vrai dire je trouve le mot partir ni drôle, ni beau, je crois même qu’à la première écoute je le trouve banal.

Et pourtant…
Quand je réfléchis à ce que le mot partir veut dire pour moi :

Je pense à mes nombreux voyages d’affaires qui m’amenaient dans des pays bien différents du mien, pour travailler bien-sûr ! Mais ce n’est pas ce qui m’en reste. Ce qui m’en reste ce sont les aventures humaines que je vivais là-bas, les liens que je tissais avec ces gens que je retrouvais avec tant de bonheur, chaque fois ! si différents de moi, et qui pourtant me ressemblaient tant, et qui petit à petit allaient me devenir indispensables. Ils sont dans mon cœur à jamais. Tellement !

Je pense à mes histoires d’amour, celles auxquelles j’ai mis fin et celles auxquelles ce n’est pas moi qui aie mis fin. La douleur infinie… Le cœur brisé en milliards de milliards de morceaux… Mais l’espoir : d’un nouvel amour, d’un bonheur neuf, de plus beau, plus vrai, plus grand, plus fort ou tout simplement de liberté !

Je pense à ma séparation avec mon éducation, au refus des projets que mes parents avaient échafaudés pour moi, au renoncement de la fille puis de la femme qu’ils voulaient que je sois. Un très long chemin… pour enfin être qui je suis.

Je pense au travail, à mes démissions, mes départs forcés ou volontaires, qui ont mené à mon démarrage dans mes 2 cabinets pour vous recevoir et exercer ce métier dont je ne peux pas me lasser tant il est dur et doux.

Je pense à Adèle Haenel qui quitte la cérémonie des Césars, ne pouvant supporter que Roman Polanski, son agresseur sexuel soit sacré meilleur réalisateur. Se sauver pour supporter l’écœurement, pour contenir sa haine, pour exprimer l’inacceptable…

Mais pas simple de partir ! Parce-que dans la vraie vie, partir ce n’est pas partir en vacances. Dans la vraie vie partir c’est décider de changer, et il n’y a rien dans la vie que l’homme déteste plus que changer. On préfère souvent un quotidien triste à mourir au risque de l’inconnu, une relation toxique ou sans intérêt à la solitude, un travail débilisant au risque d’un job rêvé mais incertain.

Vous me consultez souvent et presque uniquement autour du partir, parce-que vous voulez que ça cesse : les angoisses, les peurs, les tromperies, le harcèlement, les addictions, les kilos en trop, les compromis, les coups, la soumission, les arrangements, les faire comme-ci, la routine, l’ennui…

Peut-être que partir c’est se révolter ?

Peut-être que partir c’est décider de ne plus souffrir ?

Peut-être que partir c’est se respecter ?

Et si vivre c’était partir ?

Qu’en pensez-vous ?

On se lève, on se casse !

Virginie Despentes enjoint tous les fracassés, dominés, violés, abimés, abusés, exploités, incompris à partir et elle a raison !

« Ton corps, tes yeux, ton dos, ta voix, tes gestes, tout disait : oui on est les connasses, on est les humiliées, oui on n’a qu’à fermer nos gueules et manger vos coups, vous êtes les boss, vous avez le pouvoir et l’arrogance qui va avec mais on ne restera pas assis sans rien dire. Vous n’aurez pas notre respect. On se casse. Faites vos conneries entre vous. Célébrez-vous, humiliez-vous les uns les autres tuez, violez, exploitez, défoncez tout ce qui vous passe sous la main. On se lève et on se casse. C’est probablement une image annonciatrice des jours à venir. La différence ne se situe pas entre les hommes et les femmes, mais entre dominés et dominants, entre ceux qui entendent confisquer la narration et imposer leurs décisions et ceux qui vont se lever et se casser en gueulant. C’est la seule réponse possible à vos politiques. Quand ça ne va pas, quand ça va trop loin ; on se lève on se casse et on gueule, et on vous insulte, et même si on est ceux d’en bas, même si on le prend pleine face votre pouvoir de merde, on vous méprise on vous dégueule. Nous n’avons aucun respect pour votre mascarade de respectabilité. Votre monde est dégueulasse. Votre amour du plus fort est morbide. Votre puissance est une puissance sinistre. Vous êtes une bande d’imbéciles funestes. Le monde que vous avez créé pour régner dessus comme des minables est irrespirable. On se lève et on se casse. C’est terminé. On se lève. On se casse. On gueule. On vous emmerde. »

J’ai écouté

"Pars" de Jacques Higelin

La Grande Sophie chante Higelin et on embarque avec elle !

1 Commentaire

  1. Demerlé

    Partir, c’est se réinventer, retrouver celui que nous voulons vraiment être.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

+ 14 = 23

Newsletter

En vous abonnant à ma newsletter, vous recevrez mes lettres, articles et vidéos.

Votre adresse mail ne sera communiquée à aucun tiers. En savoir plus.

Vous êtes bien inscrit.e sur ma Newsletter, Merci.