Doctolib
loader image

Séparation : ça fait mal…

2 Déc 2021 | Article

Que c’est dur de se séparer !

On a fait le tour de la situation, objectivement ça ne va plus… on est plus d’accord sur grand-chose, on ne se sent plus respecté, le désir a disparu, toutes les occasions sont bonnes pour se disputer ou se faire la tête, on s’ennuie ensemble, tout est sujet à reproches. Il y a de la déception dans l’air, bien plus que dans l’air, on étouffe de déception. On a fait tout ce qu’on a pu mais rien n’y fait.

Alors au début où tout a commencé à être compliqué, on s’est dit que ça n’allait pas durer qu’il/elle comprendrait, qu’il/elle allait changer ! Mais tout est allé de mal en pis, chacun voulant imposer sa vision du monde, de la relation, du savoir être. Evidemment c’est l’autre qui avait tort et ne comprenait rien, l’autre qui a trompé, l’autre qui s’est renfermé, l’autre qui n’était plus comme avant…

A force d’analyser, de réfléchir, de recoller les morceaux, d’échecs, on en est arrivé à la conclusion qu’il fallait se séparer. Et incroyablement alors que tout a été tenté… qu’on sait… on n’arrive pas à se séparer, à s’y résoudre. Toutes les excuses sont bonnes : l’argent, les enfants, les qualités de l’autre…

Soudain on doute ! En fait non on ne doute pas, on a peur ! Peur de faire souffrir, peur de décevoir, peur de la solitude, peur de vivre avec moins, peur d’être remplacé, peur de l’échec, peur de l’inconnu surtout !

Peur de faire souffrir parce-que même si on n’envisage plus sa vie avec l’autre on n’a pas envie de faire mal à un être qui nous a été si cher.

Peur de décevoir parce-que c’est difficile de passer pour le méchant et qu’on n’a pas envie d’être jugé et de se sentir rejeté.

Peur de vivre avec moins, et c’est vrai on devra vivre avec moins, adopter un mode de vie plus light.

Peur d’être remplacé et de voir l’autre heureux là où on a échoué.

Peur de l’échec, comme si on n’avait pas su faire, perdu son temps, fait une erreur de casting… Saura-t-on ne pas se tromper la prochaine fois ?

Peur de l’inconnu parce-qu’en se séparant on entre dans un inconnu qui semble vide, vide d’habitudes, vide d’amis communs, vide du soutien de l’autre, vite de partage, souvent la nouvelle rencontre semble inimaginable.

Et si on voyait la séparation comme une respiration, une légèreté retrouvée, une plongée dans le tout possible, du nouveau, de l’imprévu, des permissions, de la liberté.

Notre vie est jalonnée de ruptures, sentimentales, professionnelles, matérielles, amicales, chaque rupture nous confronte à l’abandon, l’inexorable solitude de la vie.

Il est vrai qu’aujourd’hui la rupture amoureuse est devenue banale et que nous sommes tous amenés à en vivre plusieurs dans notre vie… Il ne faut cependant pas la prendre à la légère car nombre d’entre elles engendrent dépression, crises d’angoisses, refuge dans la drogue ou l’alcool ou encore comportement à risques.

Ne négligez jamais la souffrance d’une rupture amoureuse. Entourez-vous autant que vous le pouvez. Faites-vous aider le temps de reprendre votre respiration. Prenez le temps de comprendre votre manière de vous comporter en amour, ce que vous attirez, votre peur de l’abandon, pourquoi vous en êtes arrivés là et ce que vous ne voulez plus, pour ne pas répéter et répéter et ne plus souffrir !

J’écoute

Gringe "On aboie en silence"

Gringe et son frère schizophrène, un livre, une chanson. C’est beau !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

28 − 22 =

Newsletter

En vous abonnant à ma newsletter, vous recevrez mes lettres, articles et vidéos.

Votre adresse mail ne sera communiquée à aucun tiers. En savoir plus.

Vous êtes bien inscrit.e sur ma Newsletter, Merci.