Doctolib
loader image

Vivre avec…

4 Mar 2022 | Article

Nous venons de passer le mois des crêpes, de l’amour et des 3 doses obligatoires, c’est une bonne chose de faite !!! Les choses sérieuses vont pouvoir commencer : le rouge à lèvres, les pots au travail, danser, l’école à visage découvert, le restaurant sans formalité… Moi, ça me donne de l’espoir ! du lâcher-prise et de la légèreté… du plaisir et de l’insouciance… juste un peu comme un sas de décompression. Profitez-en au plus vite avant qu’on ne nous l’enlève, tout est tellement inattendu, imprévisible, alors maintenant ! on n’attend plus ! Demain est un autre jour !

Ce mois-ci un article très sérieux, qui donne les clefs de base pour vivre un trouble de l’humeur et parce-que la tête ne va pas sans le corps Xavier nous donne des conseils pour en prendre soin.

Bonne lecture et beau mois de mars.

 

Depuis mon dernier article vous avez été nombreux à me demander : « mais qu’est-ce qu’on fait avec notre dépression, nos angoisses, nos idées noires, notre mal-être, notre bipolarité, nos troubles de l’humeur… ? » Comment on va mieux ? Comment on respire ? Comment on fait pour ne pas avoir mal ? pour avoir envie…

J’aimerais vous dire qu’il suffit de méditer, de se gaver de magnésium, de prier la déesse de la vie en rose, d’ingurgiter des litres de décoction de safran crétois, de faire carême, de prendre sur soi, de partir en vacances, d’attendre que les jours rallongent… Mais je ne peux pas vous dire ça, je ne peux pas vous mentir.

La réponse est simple : « vivre avec ! mais… intelligemment ! » Ces troubles sont quasiment nés avec vous, ils n’ont pas l’intention de vous quitter, ils sont trop bien à la maison ! alors vous avez tout intérêt à faire copain-copain avec eux, mais pas n’importe comment !

D’abord il faut prendre conscience de ce qui ne va pas, consulter un professionnel, médecin ou plus sûrement psychiatre, un diagnostic est indispensable pour savoir clairement avec qui vous allez devoir composer.

Retenez cette phrase de Jean-Christophe Rufin : « Nommer un mal, ce n’est pas guérir mais c’est déjà apprendre à vivre avec lui. »

Vous n’avez alors pas d’autre choix que d’accepter, certains naissent avec une malformation du cœur, une tâche de vin, une jambe plus courte que l’autre, des yeux bleus, une maladie auto-immune, développent un diabète, une maladie orpheline, c’est comme ça, à chacun sa fragilité ! Ça peut prendre un peu de temps, mais il faut s’y atteler : accepter. C’est le moment de trouver un psychothérapeute, le vôtre. Celui qui vous va. N’hésitez pas à en changer pour trouver le vôtre. C’est très personnel, vous devez vous sentir en parfaite confiance avec lui. Il va vous aider, vous soutenir, ne jamais vous juger, vous écouter sans limites.

Puis vous allez apprendre à vous écouter et prendre soin de vous, et décider que le mal dont vous souffrez n’aura pas votre peau… Vous allez être attentif à tous les signes. Vous verrez on apprend très vite à détecter les prémices, les symptômes de son « pas bien »… et vous allez agir en conséquence. Quand tout va bien médication à bas bruit voir pas du tout, visites chez son psychothérapeute moins fréquentes, et lorsqu’on ressent que ça se détériore il faut réagir immédiatement, sensiblement augmenter son traitement, voir son psychothérapeute de manière très assidue. L’écoute de soi doit être subtile et la réaction immédiate.

Bien-sûr nous sommes tous différents, certains pourront se passer de médicaments de longues périodes et même définitivement. D’autres devront suivre un traitement de façon continue. Peu importe, l’objectif est que vous ayez une vie qui vous donne envie de vivre. Vous soigner, c’est vous protéger vous et votre entourage.

Retenez que vous n’êtes pas la maladie, vous souffrez de cette maladie ! vous n’êtes pas bipolaire, vous souffrez de bipolarité, vous n’êtes pas schizophrène, vous souffrez de schizophrénie.

Et surtout prenez soin de vous, vous le méritez tellement, n’oubliez jamais ça.

P.S. : je parle ici de pathologies installées, chroniques et non de de troubles passagers.

Le conseil de Xavier : « Offrons à notre corps ce que la nature nous offre »

Je rajouterai la notion de saison et de proximité. En effet je pense, plus ma pratique en cabinet avance, qu’il est important de ne manquer de rien en alimentation mais surtout que ces apports doivent se faire localement.

 

D’un point de vue écologique ce n’est plus à démontrer, mais au niveau santé j’en ai l’intime conviction.

Ne vous est-il pas arrivé d’avoir eu du mal à digérer des aliments lors d’un voyage à l’étranger, bien qu’ils soient frais et sains ?

 

Votre système digestif prend ses habitudes dans l’écosystème où il grandit.

Une grande introduction pour vous parler de la sève de bouleau, fraîche et de saison ET c’est de la région !!!

La sève de bouleau est un puissant antiseptique des voies urinaires maias pas seulement, il vous aide à diminuer la rétention d’eau et aider le foie a mieux métaboliser les graisses.

Après la période hivernale où l’alimentation est généralement plus grasse, ce qui tout a fait normal et sain, il est important avant l’arrivée du printemps de stimuler les reins et le foie.

Objectif rempli par la sève de bouleau.

 

MAIS sève de bouleau fraîche, locale, non pasteurisée, biologique, issue de bouleaux adultes. Avec ça on est bon.

 

1 verre par jour le matin à jeun de 10 jours à 3 semaines. Votre sève de bouleau va arriver d’ici peu en magasin bio. Conserver la bien au réfrigérateur.

 

C’est beau quand la nature nous aide, on adooooore.

J’ai Lu : Et ces êtres sans pénis ! de Chahdortt Djavann

Des histoires bouleversantes de femmes iraniennes qui n’ont d’autre défaut que d’être des femmes. Je sais que ça va passer mais je pense à ce livre tous les jours…

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

37 + = 46

Newsletter

En vous abonnant à ma newsletter, vous recevrez mes lettres, articles et vidéos.

Votre E-Mail ne sera communiquée à aucun tiers. Pour vous désinscrire, consultez la page RGPD et Cookies.

Vous êtes bien inscrit.e sur ma Newsletter, Merci.